Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faut l'tenter !

Raidycime !

9 Janvier 2014 , Rédigé par Mathieu Leonard

Chapitre 3 : Sharing fun ------------------------------------------------

Je vous avais laissé sans nouvelles depuis le 19 mars de l'an dernier, au retour de Barcelone. Je m'excuse pour le délai, et reprends donc ici pour raconter ce que j'ai fait depuis :

La semaine de récup règlementaire ou presque, et j'étais reparti pour le prologue du Raid INP Grenoble (environ 25km mixant trail et VTT), qualificatif pour le Raid. J'y reviens plus bas.

Pas de blessures, je reprends donc l'entrainement tranquille : quelques bonnes sorties vélo (2h à 3h30, avec ou sans enchainement course à pied). Mais, ce sont surtout de bons trails qui ont ponctué (pimenté) mon mois d'avril, notamment une super Course d'Orientation nocturne organisée par le SUAPS (sport universitaire). Départ à 20h, retour vers 0h30 après avoir galéré à trouver les quelques 24 balises. Un pur moment de bonheur avec mes potes du Raid Grenoble et un "réconfort" énorme à l'arrivée avec un buffet savoyard à tomber ! Mais aussi un week end trail avec 28km le samedi et 21 le dimanche pour quelques 5h30 de course et 2000m de déniv cumulés. De quoi passé pour un "cramé du cerveau", puisque l'anecdote est diffusé partout où tu asses ensuite ("Et ce mec (en parlant de moi), il fait 2 trails par week end !!") Alors que ce n'est qu'arrivé une fois. Bref, des courbatures sur le trail du dimanche, et de nouvelles le lundi en cours^^.

Début mai était très attendu par Manu, Etienne et surtout Elsa, Gaétan et moi qui en parlions tous les jours en cours, impatients d'en découdre. Sur une idée de Gaétan, nous avons monté une équipe pour le Raid INP Grenoble (4 mecs et 1 fille). Ayant passé la qualif au prologue, nous étions conviés au Raid : environ 130-140km au total sur 2 jours, dans le Trièves-Vercors, mixant Trail, CO, VTT, Natation, Run&Bike, Tir à la carabine et à l'arc, pour environ 5000m de déniv... de quoi ravir les fondus de montagne.

Départ de Grenoble le vendredi soir, et en bus direction Chi...Chichi...à oui Chichilianne ! au pied du Mont Aiguille, dont on aura pas pu voir la pointe du fait d'un nuage accroché là-haut. Campement sur le "terrain de foot" de la commune. Soirée pleine d'appréhension pour le lendemain, et nuit très inconfortable et du coup très courte sur un tapis de sol de 5mm dans le froid ! Le lendemain matin est frais, humide, mais la motivation est grande et les tartines abricot et fraise préparées par les bénévoles l'accroissent davantage.

On démarre en trail, casque de VTT sur la tête et en avant. Ca y est, on y est, et j'en profite pour prendre quelques photos de mes acolytes en train de courir, et je ferai le photographe durant tout le Raid au final^^. 4, 5km et nous entamons la CO, où nous sommes loin d'être les meilleurs. Qu'importe, on s'amuse. Reprise en trail et ravito en haut d'une montée, super organisation. Et là, on récupère nos VTT (prêtés par les organisateurs pour que tout le monde ait le même matos), donc propres. On démarre une descente, et au bout de 200m, le chemin devient boueux, mais alors très boueux. En quelques secondes, les VTT deviennent marron, dégoutants, et on traverse aussi un ruisseau en foutant les panards dans l'eau, un détail ! Grosse partie VTT alternant boue, route, boue et un peu de boue aussi, mais quand les pompes sont mouillées et les jambes recouvertes de boue, ça change plus grand chose : un peu plus ou un peu moins, on est crades et puis c 'est tout !

Puis, séance de tir à la carabine. Une première pour moi, en dehors des fêtes foraines. Visée couchée après avoir fait une petite boucle en trail, et on comprend vite pourquoi il faut retenir sa respiration pour tirer droit. J'me prends au jeu, et je trouve ça très amusant.

On repart en VTT pour arriver au ravito de midi (sandwichs jambon et fromage, au top!) où l'on rend 2 VTT aux bénévoles. Pourquoi ? Parce que c'est le Run&Bike qui démarre : 3 coureurs et 3 cyclistes, et on alterne (ou non). Le tempo amorcé par Etienne et Manu nous font avancer à une vitesse de course impressionnante, 15 ou 16km/h sur le plat. Puis, du profil descendant nous fait déboucher sur une passerelle en fer au-dessus du Lac de Monteynard, gros kiff ! Et la photo à la sortie du pont ! On finit le Run&Bike aussi vite qu'on l'a commencé et on se rend sur la plage pour attaquer la natation...

C'est notre tour, on enfile les combi mouillées, et on va goûter l'eau. Aïe, les pieds ne veulent pas y rentrer. C'est donc au courage et au fait que c'est pas tous les jours que je nage dans ce lac que je me lance en deuxième. 200m interminables : je sors la tête de l'eau au bout de 20mètres car une barre me prend le front, un peu comme quand on est petit et qu'on goute une glace trop froide, on a la sensation que la tête est serrée dans un étau gelé ! Bref, pas agréable du tout, mais il fallait le faire. Enfin, une dernière partie VTT (12-15km) que de montée, de quoi achever son homme, mais surtout Elsa, la fille du groupe, qui commence à trouver la journée longue, tout en sachant qu'il faut repartir le lendemain. C'est pourquoi, en bon gentlemen, on se relaie pour la pousser dans le dos et la soulager un peu.

Arrivée à Monestier de Clermont, et une bonne nouvelle en arrivant. La nuit dans un gymnase (rien que ça), ce qui veut dire pas froid et par chance, un tapis de gym sur lequel dormir. Un régal pour des jambes un peu endolories. Avant cela, douche et pâtes à la carbonara délicieuses ! Bonne nuit réparatrice et préparation avant le deuxième départ.

C'est en VTT que l'on commence la journée. La météo n'est encore pas magnifique (gris menaçant, brouillard sur les hauteurs) mais il ne pleut pas. Quelques bonnes côtes de bitume nous font payer les efforts de la veille juqu'au ravito au pied du col de l'Arc. Costaud, la côte qui nous attend en trail, ou plutôt en marche active. Juger plutôt : 2,9km pour 800m de D+ soit plus de 20% de moyenne. Paradoxalement, on est assez à l'aise, et Elsa mène le train avec ses bâtons, tandis que nous la suivons pas facilement. Je me dégote des bâtons dans la forêt qui m'aident bien pour l'ascension qui nous mènent au ravito en haut. (Là, je commence à sérieusement me lasser du seul type de barre de céréales proposé : les "Carrefour" pomme-abricot ;))

On attend alors notre tour pour passer au tir à l'arc. Cette fois, j'en ai déjà fait 2 ou 3 fois dans ma jeunesse. Je pense donc y arriver convenablement, et ba pas du tout. Après tous ces efforts (crispations de bras sur le VTT et poussée sur les bâtons en trail), mon bras gauche qui porte l'arc tremble, vacille et au moment de décocher la flèche, l'arc bouge et cette dernière ne part pas droit et donc pas dans la cible (ou dans le noir, partie la plus à l'extérieur). Tant pis. On reprend ensuite les VTT pour une longue session finale jusqu'à Fontaine (banlieue de Grenoble). Partie descendante d'une trentaine de km qui nous conduit à la délivrance, ou presque, à un arrêt de tram où les bénévoles nous régalent encore d'un ravito copieux : au menu, salade riz et sandwichs jambon et fromage. On monte donc dans le tram qui nous ramène au centre-ville de Grenoble, repu, mais surtout crades et puants. Les autres usagers se demandent ben d'où l'on sort et ça nous fait bien rire.

Dernier effort, la petite CO dans un parc à Grenoble (fatigue importante et quadriceps détruits) et la délivrance d'en avoir fini. Photo et cri de guerre à l'arrivée : "Raidycime !!" (nom de notre équipe). Partage avec les autres équipes et souvenirs indélébiles. On récupère ensuite nos sacs d'affaires civiles et on regagne le campus universitaire de Grenoble où sont garées nos voitures, puis retour sur Chambéry où je conduis, petit coup de barre sur l'autoroute. Et c'est ainsi que s'achève notre aventure, périple riche en sensations, et surtout le sentiment intime d'avoir réaliser quelque chose n'étant pas à la portée du commun des mortels. Et cette liesse est encore plus forte car elle est partagée, après 48h passées ensemble, le bonheur est décuplé. Expérience hyper-positive, à réitérer si possible !!

Et tout ça à raconter aux camarades de la promotion qui sont évidement impatients de nous voir boiter et de savoir comment s'est passé notre week end. On conte alors nos aventures, le sourire jusqu'au oreilles, et on attaque les partiels, pas super bien révisés du coup !!

(...)

La suite au prochain épisode... (quelques photos pour patienter)

Raidycime !
Raidycime !
Raidycime !
Raidycime !
Raidycime !
Raidycime !
Raidycime !
Raidycime !
Raidycime !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article