Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faut l'tenter !

Gwada boom !

1 Novembre 2016 , Rédigé par Mathieu Leonard

Chapitre 19 : 1er outre-mer -------------------------------------------

 

Vous l'attendiez, le voilà, le "récit" de mes 3 mois en Guadeloupe.

Mon résumé sera 1- plus court que d'habitude

                             2- davantage axé sur le tourisme que sur le boulot (devoir de réserve oblige)

Alors que retenir de la Gwada ?

Des coins à voir, des plats typiques à goûter, des rhums à déguster… il est facile de s’occuper sur l'île.

Malgré notre unique jour de repos hebdomadaire, on en a bien profité !

Pour nous, c’était notamment randonnée, plages, plongée, canyoning, baignade en cascades, visite du zoo, de jardins, de distilleries aussi.

Mais tout n'est pas rose en Guadeloupe.

Retenir le mauvais serait facile : la chaleur excessive (bien que cela fasse du bien de se lever le matin avec –quasi toujours- le soleil) et la transpiration inéluctable qui l'accompagne, la nuit qui tombe tôt accompagnée par ces fumiers de mosquitos, la propreté toute relative, les carcasses de bagnoles, la délinquance, le « code » de la route, le parler créole, côtoyer des détenus, avoir 4 bagnoles sur 5 sans clim, et où trouver de vraies bières pression (à part à la Brasserie Lézarde –merci à eux d’ailleurs) et un bar digne de ce nom (excepté Chez Peyo !) ? Je n’ai pas trouvé…

Mais il y a du bon.

Et on sait tous que dans un futur pas si lointain, seul le positif restera en mémoire : une cuisine colorée, des paysages splendides, un accueil sympathique des locaux (autres que les crapauds), la clim dans les pioles, une connexion WiFi pas si mal, un mess (doublé d’un bar) à une centaine de mètres à pied – dans le cantonnement - (j’entends pas là une facilité pour manger, pas obligé d’aller au resto tous les jours –temps d’attente, menu redondant …), des infrastructures sportives (salle muscu et cardio, dojo). Mais surtout une très bonne équipe, et une ambiance toute aussi conviviale.

 

Je vais pas détailler chronologiquement les 3 mois, ni chacun de mes jours de repos. Je vous laisse mater les photos, ca vous donnera une idée.

Je fais simplement un retour sur le Volcano Trail, qui m’a marqué.

Puis quelques mots clés, pêle-mêle, relatifs à mon séjour là-bas.

Pour les anecdotes, faudra me voir en chair et en os…

 

[[[  Résumé du Volcano Trail

Le séjour avait bien commencé avec des plages magnifiques à Ste Anne et une super plongée dans la réserve Couteau au large de Malendure. Il se termine de la meilleure des façons : le Volcano Trail 2016. 33km tracés autour du PNR de Guadeloupe, pour 1700m D+. Objectif : sous les 8h… Parcours que j’attendais exigeant (j’ai été surpris par le Trail de Goyave mi-septembre), et je n’ai pas été déçu !! Super course. Un pti groupe d’une dizaine de camarades de Chambéry s’étaient inscrits. Chacun part à son allure, et rapidement Thibaud est dans le top 5, Alex un peu derrière. Moi j’suis autour des 15e, tranquille. Bien s’hydrater et s’alimenter, la course sera longue. Gestion, gestion. Je suis talonné par Pierre et le lieutenant durant la 1ère boucle de 14, qui mène au ravito. Je repars quelques minutes avant eux. Ils ne me reverront pas. Km 16, un coureur redescend à contre sens, pas de bol, je le connais : Alex s’est foulé  la cheville et préfère arrêter. Sage décision vu le parcours qui nous attend. Je continue. Km 20, passage dans un canyon, marche sur les cailloux, dans la flotte, la moyenne en prend un coup mais c’est drôle. Un bénévole m’annonce 10ème. Cool ! Retour dans la forêt, tandis qu’une énorme averse s’abat sur nous. Des racines, des racines et encore des racines, agrémentées de boue, dans lesquelles je reprends un allemand perclus de crampes puis Thibaud, qui me dit «aller bien » alors que ça allait pas super en réalité. Je ne m’attarde pas trop (je le regrette ensuite, j’aurais pu discuter quelques minutes avec lui, mais j’ai préféré gardé mon rythme). On attend (redoute) « la montée des poteaux » (ou comment prendre 600m de dénivelé positif en 1,2km en remontant un petit torrent !! Oui oui). Et elle se profile enfin. Dure, exigeante, trempée, (et pourtant peu glissante), in-ter-mi-nable, les pylônes électriques défilent ultra lentement dans l’épais brouillard qui nous ceint. Ambiance atypique, montée de dingue. Une grosse demi-heure passée, les pieds (déjà mouillés de toute façon) dans l’eau fraiche dévalant la pente. Enfin basculé en haut, et pour la 1ère fois depuis 3 mois, j’ai pas chaud. La pluie redouble sur la Citerne, tandis que l’on contourne l’Echelle. On passe le col (2 concurrents avalés, je suis 5e. Du jamais vu) et il ne reste plus qu’à faire le tour de la Soufrière (le chemin devenu rivière), et il restera 8km de descente. Tout roule, je suis quasi seul en altitude, et la pluie ne me dérange plus, bien au contraire, elle m’accompagne et me surmotive. Seul hic, je n’ai plus rien à boire. Je descends à bonne allure, on verra bien. Les bains jaunes, ravito ? non. On reprend la route, ca descend, ca tape dans les cuisses. Et un point de côté survient brusquement. Aie. J’avance de moins en moins, bloqué par cette gêne et sans le savoir, à 2 doigts des crampes. Deux mecs me rattrapent facilement et passent. Tant pis. 500m avant le dernier ravito, il faut enjamber des racines, et les ischios veulent plus faire leur taf, grève des 2 travailleurs. Ca devient très dur, j’arrive à peine à marcher. Un ravito (jugé dans un 1er temps inutile –car à 3km de l’arrivée-) va me sauver. Les dames qui me voient arriver dans cette posture peu fringante sont prêtes à me venir en aide. Je leur demande de me tirer la jambe (puis l’autre), et elle me verse du vinaire sur les guiboles (remède de grand-mère), un plaisir quand on s’est griffé depuis 5h avec tout type de végétation. Je repars tranquillou. Et ca va pas trop mal, impec. Plus qu’à finir sans se faire reprendre encore, pire, par les potes. Ce ne sera pas le cas, 3km pour en terminer sur la dernière ligne droite de 40m… 5h39. 7e !!! C’est ouf ! L’accueil est loin d’être génial (même si Alex, qui attend depuis quelques heures, me félicite). Petit Powerade, et on peut garder le dossard. Cool.
Discussions, gestion de course, arrivée de Pierre (20min derrière, 11ème), bien content de sa perf lui aussi. Puis Thibaud, 10min derrière Pierre, qui nous raconte ses défaillances. Douche, changeage ( !), tandis que Vincent et le lieutenant sont arrivés, heureux également. Massage (sympa), repas (léger à mon goût). R.I.P les Mizuno, et retour à Petit Pérou. Apéro du soir, on est accueillis en héros (ou presque). On aura bien représenté Chambéry. Que du bonheur !

]]]

 

La Guadeloupe pêle-mêle :

971, rhum, soleil, palmiers, plages, corail, poissons, tortues, lambis, cabri, bokits, agoulou complet, chatrou, ouassous, colombo, acras, banane, coco, mangue, carambole, maracuja, kassaveries, Volcano Trail, Soufrière, Echelle, Citerne, Sofaia les 3 cornes, ecrevisses, acomat, matouba, carbet, galion, mamelles, gosier, pointe des chateaux, moule, Porte d’Enfer, pointe de la grande vigie, petit canal, les abymes, baie mahault, Destreland, Milenis, Brasserie Lezarde, Jarry, Petit Pérou, TGI PàP, Churrasco, marina, aquarium, zoo mamelles, Zoo Rock, Chez Peyo, feria , service, extraction, DSI Lamentin, fouille, transferement, escorte, Martinique, Air Caraibes, Duty Free, mess,  bar, demi-pêche, grim rouge, planteur, ti punch, anniversaires, magaloc, gwada boom, coup de soleil, MOUSITIQUES, PLS, menton-poitrine, Cloud, à la fraîche, bascule, Dream team volley, vélo, rameur, tractions, burpees, corsaire, pirate, calot, M.O., t-shirt, dossard, kiff, Club Med, retour, froid, Paris mais surtout Gendarmerie !

 

Voici enfin les photos (chronologiques), qui illustreront davantage.

Bises

Prochain voyage : Angleterre et Ecosse avec l’ami Bony et ses potes dans quelques jours !! Du rhum au whisky…

Et bien sûr, je continue les CDC, régulièrement (même si je vais réduire un poil la cadence, afin d’éviter d’être à court d’inspiration)

 

Mat, le globe-trotteur

 

Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !
Gwada boom !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article